Asie-centrale.com

Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan

Accueil > Actualités > Politique > Des attentats à l’entrée du magasin ’Le monde des enfants’ à Tachkent

Des attentats à l’entrée du magasin ’Le monde des enfants’ à Tachkent

Le 29 mars 2004, le Service de Presse du Ministère des Affaires Etrangères d’Ouzbékistan

Dans la nuit du 28 au 29 mars 2004 ainsi que le 29 mars au matin à Tachkent des attentats ont été commis qui ont entraîné des victimes.

Les événements se sont déroulés comme suit :

A 22h30 le 28 mars, une patrouille de police routière a arrêté un véhicule de la marque « Lada » aux fins d’un contrôle de routine dans l’arrondissement de Khamza dans la ville de Tachkent. Les deux passagers de la voiture ont opposé une forte résistance face aux policiers et ont laissé deux sacs en tentant de fuir. L’un d’entre eux a immédiatement été arrêté. Le contenu des sacs a révélé 10 installations d’explosifs artisanales.

Le 29 mars à 1h40, près du combinat textile de «  ?oshtukimachi » de l’arrondissement de Yakkasaray dans la ville de Tachkent, un groupe d’individus inconnus a attaqué avec des armes à feu deux policiers. L’un est décédé la suite à ses blessures et le second a été hospitalisé dans un état grave. Les malfaiteurs se sont emparés de l’arme d’un des policiers et se sont enfuis.

Plus tard, à 5h00 du matin au niveau du poste de police « Gulsanam » sur le territoire de l’arrondissement de Mirzo-Ulugbek dans la ville de Tachkent des individus inconnus ont abattu deux policiers et se sont emparés de leurs armes.

A 8 heures du matin le 29 mars près de l’entrée du magasin « Le monde des enfants », situé sur le territoire du marché « Shorsou » de la ville de Tachkent, une femme a provoqué la mise à feu des charges explosives fixées sur son corps. On déplore le décès de deux policiers et d’un enfant au cours de l’explosion qui a fait également 21 blessés dont 11 policiers.

A 8h30 à l’arrêt du bus de ce même marché de « Shorsou », une autre femme inconnue a provoqué une explosion par des moyens analogues. Alors qu’il tentait de prévenir cette explosion, un agent de police a été blessé. Il est décédé à l’hôpital suite à ses blessures. La femme inconnue est elle-même décédée.

Les événements suivants avaient précédé cette série d’attentats :

Le 28 mars 2004 à 22h00 dans une des maisons privées du village «  ??khramon » du district Romitan de la région de Boukhara a eu lieu une explosion qui a entraîné la mort de 10 personnes. Parmi les victimes on dénombre des membres d’une même famille ainsi que d’autres personnes dont un enfant mineur. Le propriétaire de la maison ainsi que 3 membres de sa famille ont été blessés.

Suite à l’enquête diligentée, la police a retiré des décombres 50 bouteilles en plastique remplies d’un mélange d’explosif, de la poudre d’aluminium et du salpêtre. Elle a également découvert 920 kg de poudre d’aluminium dans des boites diverses. On aussi été découvertes des instructions concernant la fabrication de machines explosives, des mitraillettes Kalachnikov, deux pistolets ainsi qu’une grande quantité de munitions, et de la littérature des mouvements religieux extrémistes « Khizbout-takhrir »et« Vahhabisme ».Des moyens divers de radiocommunication (walkie-talkie) et leurs composants et été mis à jour..

Au total, on déplore la mort de 19 personnes dont 6 policiers et 26 personnes blessées.

Selon les faits suivants, le Parquet Général a ouvert une enquête selon les articles du Code pénal de la République d’Ouzbékistan pour responsabilité d’acte de terrorisme, meurtre intentionnel de deux personnes et plus, attaque à main armée, détention illégale d’armes à feu.

Immédiatement, une cellule regroupant les représentants du Parquet Général, des services de sécurité nationale et du Ministre de l’intérieur a été mise en place.

Avec à se tête le Président de la république, la Commission Gouvernementale de coordination des mesures pour éliminer et prévenir les attentats, s’est réunie afin de définir des actions concrètes ;

D’autres commissions analogues on été crée dans toutes les régions et les villes.

L’analyse des données préliminaires de l’enquête indique clairement que ces attentats sont destinés à déstabiliser la situation politique dans la république.

Il y a de sérieuses raisons de penser que ces crimes se préparaient de longue date, que leur organisation relevait d’un centre de décision commun, et que la possibilité d’une participation étrangère à la république n’est pas à exclure.

Il est nécessaire de souligner particulièrement que le caractère, les moyens et les méthodes employés par les terroristes, ne sont pas inhérents à notre population et qu’ils sont probablement exportés de l’extérieur.

Les organismes compétents d’Ouzbékistan sont surs, que tous les complices et les chefs de ces bandes terroristes, responsables de la mort de victimes innocentes seront identifiés, poursuivis dans le cadre de la loi et traduit devant la justice.

La Parquet Général d’Ouzbékistan communiquera périodiquement les progrès et les résultats de son enquête aux médias.

© mardi 30 mars 2004, par Adel