Douchanbe

, par  Asie-centrale.com , popularité : 4%

Capitale du Tadjikistan, Douchanbe est situé dans l’ouest du pays, dans la vallée de l’Hissar où il s’étale sur les rives du Varzob. On y arrive par avion de Moscou (3340km, 4h05 de vol). Douchanbe est également relié par les airs à Tachkent (600km, 1h de vol) et à Samarkand (400km, 1h25).

Douchanbe (« lundi » en tadjik, jour où se tenait le marché) a été fondé en 1924 à l’emplacement d’une petite localité où le marché se tenait le lundi. A l’origine, la ville s’implanta sur la rive haute en terrasse, la rive gauche du Varzob. Puis elle s’étendit vers le sud et l’ouest, prenant pied sur la rive droite où apparurent industries et quartiers résidentiels.

Douchanbe continue de grandir, en hauteur surtout, les maisons sans étage faisant place à des immeubles antisismiques tels qu’on en construit actuellement dans toutes les villes d’Asie centrale.
C’est un centre industriel, scientifique et culturel dont la population atteint 500.000 habitants. C’est là que l’on trouve la très célèbre fabrique de broderies au fil d’or (calottes, costumes nationaux).

Les dépôts de la Bibliothèque Firdûsî totalisent deux millions de volumes et 800 manuscrits. Le Musée d’histoire et d’ethnographie du Tadjikistan ainsi que le Musée des Beaux-arts présentent la nature et l’histoire de la république, les arts décoratifs des Tadjiks et l’art moderne des artistes plasticiens.

Dans un bâtiment typiquement oriental est installé le Musée du Tadjikistan. On y trouve aussi l’hôtel « Douchanbe ». Le centre de la place est occupé par la statue de Sadriddin Aini, un grand écrivain tadjik.(1956). Plus loin, un square avec ses jets d’eau et en face le Théâtre d’opéra et de ballet S. Aïni avec sa colonnade. Le visage architectural de la place est défini par l’Université, la Bibliothèque Firdûsî et la Philharmonie Rudaki.

Ensuite visitons les grands magasins centraux, le Théâtre dramatique russe et le Théâtre de verdure pour arriver à une place où l’on remarquera deux bâtiments. Le premier est la Maison de thé, un exemple de la symbiose de l’architecture nationale et moderne, une construction aérienne sur des colonnes torsadées. Les murs et les plafonds à caissons sont ornés de motifs peints et de stucs.

On peut y déguster la cuisine tadjik et le thé vert qu’accompagnent obligatoirement des fruits secs, des galettes ou des confiseries orientales. L’autre bâtiment en question qui abrite le Théâtre dramatique tadjik Lakhuti est lui aussi traité dans un style traditionnel.
Passé la rivière Douchanbinka, de petits canaux longent les rues, les maisons orientées de manière à éviter les rayons brûlants du soleil ont de profondes loggias ombreuses.

Plus au nord, le jardin botanique et le parc S. Aîni, un des lieux de détente les plus fréquentés.

A voir dans les environs : Nourek, les gorges du Varzob et les gorges de Romit.

Nourek

A 70km à l’est de Douchanbe - construit pour les hydro-énergéticiens, c’est la plus jeune des villes du Tadjikistan. Elle a été implantée dans le site pittoresque de la rivière Vakhch lorsque l’on a commencé l’édification de la centrale de Nourek qui possède un barrage de 300 m de haut, une première de l’ingénierie mondiale.