Kazakhstan : libération d’un journaliste kazakh d’opposition emprisonné

, par  Elena A. , popularité : 7%

Le rédacteur en chef de Vzgliad, un hebdomadaire proche de l’opposition du Kazakhstan, a été amnistié et libéré jeudi après près de deux mois en détention pour « appel au renversement par la violence » du régime kazakh, a annoncé son comité de soutien.

Le journaliste « Igor Viniavski a été libéré », a écrit la chef du comité de soutien, Lioudmila Ekzarkhova sur la page Facebook de cette association, ajoutant qu’il a bénéficié d’une amnistie mettant un terme aux poursuites engagées contre lui.

Le rédacteur en chef de Vzgliad (Regard) avait été placé en détention fin janvier pour deux mois dans le cadre d’une enquête pour « appel au renversement par la violence » du régime.

Il était accusé d’avoir fait imprimer en avril 2010 des tracts appelant à renverser le président Noursoultan Nazarbaïev, au pouvoir depuis la période soviétique, et qui s’est fait octroyer des pouvoirs et une immunité à vie il y a deux ans.

Lors de la même audience, le chef du parti d’opposition non autorisé Alga, Vladimir Kozlov, et l’opposant Serik Sapargali avaient été placés en détention jusqu’à fin mars. Ils sont toujours en prison.

Les deux hommes sont accusés d’avoir incité des ouvriers pétroliers grévistes à la violence, lors d’un conflit social le 16 décembre qui a dégénéré en émeute à Janaozen (ouest) avant d’être réprimé dans le sang, faisant plus d’une dizaine de morts.