Asie-centrale.com

Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan

Accueil > Actualités > Politique > La cérémonie de ’pré-mise en service’ de la centrale iranienne nucléaire de (...)

La cérémonie de ’pré-mise en service’ de la centrale iranienne nucléaire de Bouchehr

Une cérémonie de ’pré-mise en service’ de la centrale nucléaire iranienne de Bouchehr, construite par la Russie, se tiendra le 25 février en présence d’officiels russes.

« La +pré-mise en service+ de la centrale nucléaire de Bouchehr aura lieu mercredi en présence des chefs des organisations de l’énergie atomique d’Iran et de Russie », a dit le porte-parole de l’Organisation de l’énergie atomique iranienne Mohsen Delaviz.

Elle se tiendra à l’occasion de la visite à Bouchehr (sud) du chef de l’Agence fédérale russe de l’énergie atomique (Rosatom), Sergueï Kirienko.

Rosatom a indiqué que M. Kirienko se rendrait en Iran « pour prendre connaissance des travaux à la centrale de Bouchehr ». M. Kirienko avait estimé début février que le lancement de Bouchehr devait avoir lieu d’ici à la fin de l’année 2009, sans exclure des « circonstances imprévues » qui pourraient le retarder.

L’achèvement de Bouchehr - un projet que la Russie a repris à l’allemand Siemens en 1994 - a été retardé à de multiples reprises sur fond de tensions autour du programme nucléaire iranien, les Occidentaux craignant qu’il ne dissimule un projet militaire.

Vendredi, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Borodavkine, en visite à Téhéran, a affirmé que Moscou tenait « à ce que la centrale soit lancée dans les délais prévus ».

La totalité du combustible russe nécessaire au démarrage de la centrale a été livré au début 2008 mais il n’a pas encore été introduit dans le réacteur.

L’Iran a indiqué récemment à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) que cette opération devrait être effectuée au cours du deuxième trimestre 2009.

Moscou a justifié les retards par des causes techniques et des différends financiers. La Russie fait partie des pays exigeant de l’Iran qu’il suspende son programme nucléaire sensible à cause des craintes qu’il puisse être détourné à des fins militaires.

© jeudi 19 février 2009, par Adel