Asie-centrale.com

Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan

Accueil > Actualités > Société > La situation au Kirghizstan

La situation au Kirghizstan

(Bruxelles, 30 mars 2005)

L’Union européenne suit de près, et en contact étroit avec l’OSCE, l’évolution de la situation au Kirghizstan. L’Union européenne prend note de la démission du Premier ministre kirghiz Tanayev et de son gouvernement. Elle lance un appel pressant aux dirigeants nouvellement nommés de rétablir l’ordre public dans les meilleurs délais.

Le président Askar Akaïev renversé à la mi-mars
suite à une révolte populaire a signé dimanche sa démission à l’issue de négociations avec une délégation de parlementaires kirghiz venue à Moscou où le chef d’Etat déchu s’est réfugié.

DECLARATION DE LA PRESIDENCE AU NOM DE L’UNION EUROPEENNE

L’Union européenne lance un appel pressant aux dirigeants nouvellement nommés d’entamer le dialogue avec toutes les forces politiques en présence, et de mettre en œuvre une politique de réconciliation nationale, et ce dans l’intérêt à long terme de la stabilité et de la prospérité au Kirghizstan. L’Union européenne prend note de la décision du parlement kirghize d’organiser des élections présidentielles dans les trois mois ainsi que des élections parlementaires dans les six mois.

L’Union européenne encourage vivement les nouveaux dirigeants kirghiz à agir dans le plein respect des valeurs démocratiques et des Droits de l’Homme. L’Union européenne en appelle aux nouveaux dirigeants pour prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir la sécurité et la stabilité dans le pays. L’Union européenne est prête à engager une coopération avec eux dans ce contexte et à soutenir les efforts de l’OSCE dans ce sens.

© jeudi 31 mars 2005, par Adel