Asie-centrale.com

Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan

Accueil > Actualités > Société > Le gardien de but ouzbek Ignatiy Nesterov cherche un Club à l’Ouest...

Le gardien de but ouzbek Ignatiy Nesterov cherche un Club à l’Ouest...

FIFA - Communiqué de presse

La carrière de Nesterov est alors bien lancée. Titulaire indiscutable en sélection Juniors, il a même fait son entrée en sélection A lors des qualifications pour la Coupe d’Asie. Il gardait les buts des trois premiers matches, et n’a encaissé aucun but. Puis il a du laissé sa place pour participer à EAU 2003. Une belle expérience, qui a surtout permis aux Ouzbeks de se faire connaître des recruteurs des grands clubs.

Ignatiy Nesterov n’est sans doute pas l’espoir dont tout le monde parle. Mais ce gardien de but de 20 ans est l’un des symboles de la montée en puissance d’une petite république issue de l’éclatement de l’URSS : l’Ouzbékistan. Portier de l’équipe nationale Juniors lors du Championnat du Monde Juniors de la FIFA, EAU 2003, il a désormais mis le pied en équipe A. Et espère trouver un club d’Europe de l’Ouest pour s’aguerrir. Comme certains de ses camarades l’ont déjà fait. Retour avec ce jeune homme plein de promesse sur l’ascension de l’Ouzbékistan.

Il y a des petits bonheurs. De ceux qui font penser que tous les jeunes joueurs du monde ne rêvent pas que de millions, ne courent pas après les montagnes d’argent. Ignatyi Nesterov a vécu le Championnat du Monde Juniors de la FIFA, et en a retiré un plaisir vrai. Celui de rendre heureux ses proches. ’Mes parents et mes grands-parents m’ont toujours soutenu. Aux Emirats, j’ai acheté un vélo pour mon grand-père. Il a toujours rêvé d’avoir un bon vélo.’

La qualification pour le Championnat du Monde Juniors de la FIFA, EAU 2003 de l’Ouzbékistan avait constitué une sacrée surprise. La performance des Asiatiques aux Emirats arabes unis a certes été difficile au plan comptable (trois défaites de rang) mais tout à fait honorable au plan du jeu. Insuffisant cependant pour contenter Nesterov : « Nous n’avons ni bien joué, ni mal joué. Mais je suis certain que nous valons bien mieux que cela ». Preuve s’il en fallait une de l’ambition farouche des Ouzbeks de montrer leur valeur au monde.

Brillant gardien de but du double champion d’Ouzbékistan, Pakhtakor (2002 et 2003), ce garçon là a pourtant bien failli ne jamais jouer au football. Attiré par le basket-ball, il a fallu les conseils de son père pour le ramener vers les pelouses. ’Mon père m’a dit : ‘tu devrais plutôt te mettre au football, tu es trop petit pour faire un bon basketteur’’, raconte-t-il.

Il s’engage donc avec le club local, et joue avant-centre. Jusqu’à un tournoi en salle, où son équipe est en train de prendre une fessée. Mécontent des performances de son gardien de but, Nesterov prend sa place dans les cages. ’Le lendemain, l’entraîneur me dit : ‘tu veux être gardien de but ? Tu as été plutôt bon hier’... Et je suis devenu gardien !’, se souvient-il.

La carrière de Nesterov est alors bien lancée. Titulaire indiscutable en sélection Juniors, il a même fait son entrée en sélection A lors des qualifications pour la Coupe d’Asie. Il gardait les buts des trois premiers matches, et n’a encaissé aucun but. Puis il a du laissé sa place pour participer à EAU 2003. Une belle expérience, qui a surtout permis aux Ouzbeks de se faire connaître des recruteurs des grands clubs.

Car c’est bien là le grand rêve de chacun d’entre eux. Ilyas Zeytulayev et Alexander Geynrikh, respectivement à la Juventus de Turin et au CSKA Moscou, ont déjà fait le grand saut. D’autres ont eu des touches à la suite de l’épreuve mondiale. Comme Yaroslav Krushelnitskiy, qui a signé au Rotor Volgograd, ou Mansur Saidov qui devait rejoindre la Pologne avant qu’une blessure ne stoppe les négociations.

Nesterov espère bien, lui-aussi, s’exiler pour apprendre. ’Je rêve de jouer en Europe. En Espagne, dans n’importe quel club« , assène-t-il. Mais il ne veut pas pour autant partir pour partir. C’est dans l’unique souci de progresser. »Notre équipe nationale sera meilleure si nombres d’entre nous partent en Europe. Je parle de l’Europe de l’Ouest, les grands clubs. Il ne sert à rien de partir jouer en deuxième division russe ou ukrainienne.’

Aux Emirats arabes unis, il a pu parler avec Zeytulayev de la vie à l’étranger, avec les difficultés liées au changement de culture et à la séparation des proches, délicates pour ces grands adolescents. ’Je lui ai demandé comment était la vie en Italie, comment se passaient les entraînements, enfin tout ce qui peut m’intéresser en tant que joueur. J’espère bien pouvoir vivre la même chose.’

Et il a dû y croire, de récentes rumeurs évoquant un intérêt pour lui de la part de West Ham, club de First Division anglaise. Malheureusement, il semble bien qu’il s’agissait-là d’inventions de la presse. Ce n’est sans doute que partie remise, car le bonhomme est talentueux. Cet admirateur de Claudio Taffarel devrait faire son trou en Europe de l’Ouest. Il pourra alors, sans doute, offrir d’autres bicyclettes à son grand-père.

© mardi 30 mars 2004, par Adel

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document