Le président turkmène fait l’apologie des chevaux Akhal-Téké dans un livre

, par  Elena A. , popularité : 25%

Le tout puissant président du Turkménistan a fait l’apologie des chevaux de race Akhal-Téké dans un livre présenté jeudi au cours d’une cérémonie dans ce pays d’Asie centrale, l’un des plus reclus et autoritaires au monde et où le chef de l’Etat fait l’objet d’un culte.

L’ouvrage publié sur du papier glacé, intitulé « Envol des chevaux célestes », contient de nombreuses photos d’équidés de la race ancienne Akhal-Téké et moult citations et clichés du président Gourbangouly Berdymoukhamedov, passionné d’équitation.

« Notre attention à l’égard de nos chevaux ne faiblit pas d’un iota, ils sont notre fierté et notre gloire, la source de notre inspiration », écrit le président dans ce livre de 255 pages édité en 3.000 exemplaires en langues turkmène, russe et anglaise.

La présentation de l’ouvrage intervient avant un concours de beauté de chevaux Akhal-Téké — ordonné par le président — le dernier dimanche d’avril, et au cours duquel ce pays situé sur les bords de la mer Caspienne fête traditionnellement la Journée du cheval turkmène.
En 2008, M. Berdymoukhamedov avait déjà écrit un livre sur ces chevaux, intitulé « L’Akhal-Téké, notre fierté et notre gloire », dans lequel il a notamment loué leurs qualités, « force, pétulance, beauté et intelligence ».

Il a aussi par le passé ordonné aux artistes turkmènes de mieux dépeindre « l’ampleur » de ses réformes, menées après la mort de son prédécesseur, Saparmourat Niazov, qui avait lui aussi instauré un culte de sa personne.