Asie-centrale.com

Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan

Accueil > Actualités > Politique > Le chef du parti d’opposition, le Parti démocratique du Tadjikistan

Le chef du parti d’opposition, le Parti démocratique du Tadjikistan

Bruxelles, 29 mars 2006

dimanche 2 avril 2006, par Adel

L’Union européenne a suivi attentivement le déroulement des poursuites engagées à l’encontre de M. Mahmadrouzi Iskandarov, le chef du parti d’opposition, le Parti démocratique du Tadjikistan, depuis son arrestation à Moscou en décembre 2004.

DECLARATION DE LA PRESIDENCE AU NOM DE L’UNION EUROPEENNE
SUR LE CAS DE M. ISKANDAROV, AU TADJIKISTAN

L’Union européenne a suivi attentivement le déroulement des poursuites engagées à l’encontre de M. Mahmadrouzi Iskandarov, le chef du parti d’opposition, le Parti démocratique du Tadjikistan, depuis son arrestation à Moscou en décembre 2004.

L’Union européenne a pris note de la condamnation de M. Iskandarov par la Cour suprême du Tadjikistan, le 5 octobre 2005, à une peine de prison de 23 ans pour de multiples chefs d’accusation, ainsi que du rejet de son recours par le Collège des affaires pénales, le 18 janvier 2006.

L’Union européenne est particulièrement préoccupée par les circonstances dans lesquelles M. Iskandarov a été transféré et arrêté au Tadjikistan en avril 2005, qui demeurent peu claires, ainsi que par le traitement réservé à M. Iskandarov durant sa détention préventive. Les avocats assurant la défense de M. Iskandarov ont également fait part de leurs préoccupations concernant certains aspects de la procédure judiciaire proprement dite et quant au fait que la presse n’a pas pu suivre la procédure de recours. L’Union européenne souhaite recevoir davantage de précisions sur ces questions.

L’Union européenne demande aux autorités tadjikes de garantir à la famille de M. Iskandarov ainsi qu’à ses avocats le droit de lui rendre régulièrement visite, conformément au droit tadjik.

Les circonstances peu claires qui entourent l’arrestation de M. Iskandarov et certains aspects de sa détention et de son procès envoient un signal mitigé quant à la réforme démocratique et au respect des Droits de l’Homme au Tadjikistan au regard des engagements pris par le pays à l’égard de l’OSCE et d’autres instances internationales.

L’Union européenne continuera de suivre attentivement l’évolution de la situation. L’Union européenne encourage le gouvernement du Tadjikistan à respecter les Droits de l’Homme et les libertés fondamentales et à renforcer l’Etat de droit et le processus de réforme démocratique. L’Union européenne engage le Tadjikistan à redoubler d’efforts dans ces domaines cruciaux et se déclare prête à soutenir le pays dans ses efforts à cet égard.