Asie-centrale.com
Accueil > Kazakhstan > Almaty



Almaty

Almaty, l’ex-capitale du Kazakhstan, s’étend au pied de la chaîne de l’Ala-Taou transilien, dans le sud-est de la république, et est arrosé par l’Almatinka. De tous côtés, la vue est arrêtée par la montagne. On y vient de Moscou par avion (3320km, 4h10 de vol).

Les kazakhs l’ont appelée Almaty, du nom des pommiers qui faisaient sa renommée. En 1854, non loin des ruines de l’ancienne Almaty qui se trouvait sur l’antique "Route de la Soie", fut construit le fort russe de Verny (un poste frontière) qui devint rapidement le centre administratif de la région de Sémirétchié (Sept-Rivières). Dans la dernière décennie du XIXème siècle, Verny fut une terre d’exil pour les déportés politiques, ce qui fit d’Almaty un centre du mouvement social-démocrate.

En 1921, Verny fut rebaptisé Alma-Ata qui, en 1929, devint la capitale du Kazakhstan.

Au cours de la Grande Guerre nationale de 1941-1945, Alma-Ata hébergea un grand nombre d’usines et d’ouvriers évacués des régions occidentales de l’U.R.S.S. Ce fut le point de départ d’une puissante industrie lourde.

En 1998, suite à une décision présidentielle, la capitale a été transférée à Astana, 1000 km au nord-ouest d’Almaty. Almaty a changé depuis la perestroïka est devenue une ville cosmopolite : la clientèle des hommes d’affaires occidentaux est attirée par les réformes de Noursoultan Nazarbaev.

L’ex-capitale du Kazakhstan est un pôle d’attraction scientifique et culturel à l’échelle fédérale. Almaty est une ville moderne de 900.000 habitants, à l’architecture originale. On a fait largement appel aux motifs nationaux qui rehaussent les formes architecturales propres au XXème siècle.

A vol d’oiseau, Almaty ressemble à un cirque de montagne entièrement boisé. Les rues font penser aux allées d’un parc ; de petits canaux où coule une eau limpide courent le long des trottoirs. La rivière Malaia Almatinka traverse un grand parc où sont aménagés un chemin de fer pour enfants, un cinéma, un théâtre de variétés et un jardin zoologique.

Le centre-ville est conçu selon un plan régulier où les rues qui se coupent à angle droit sont longues de 5 à 9km. L’artère la plus longue est l’avenue Bai qui traverse le sud de la ville d’est en ouest et qui n’a d’égale en longueur (12 km) que l’avenue Seiffuline, l’axe nord-sud.

Dans le nord, à droite de l’avenue Seifulline, on verra la statue d’Amangueldy Imanov (1950), le Théâtre dramatique kazakh et le Musée d’arts décoratifs nationaux qui possède d’intéressants objets domestiques provenant des diverses régions de la république et d’importantes collections d’articles en feutre et tissés ainsi que de très beaux bijoux nationaux.

Des édifices originaux ont fait leur apparition ces dernières années dans le sud-ouest de la ville, au début de l’avenue Abai, parmi lesquels il convient de citer le Palais des sports, un énorme parallélépipède aux murs ajourés trônant sur un soubassement de verre et béton.

A proximité scintille le miroir d’un bassin d’où jaillit un éventail de jets d’eau. Avec le stade, le Palais des sports constitue le plus grand ensemble sportif de la ville. Non loin de là, le Palais des mariages dresse son cylindre immaculé rehaussé de motifs géométriques ajourés et à côté on aperçoit le cirque qui rappelle une yourte (tente) kazakhe.

Toujours au sud-ouest, on visitera l’Exposition des réalisations de l’économie nationale du Kazakhstan. A l’autre bout de l’avenue, la statue d’Abaï, poète, philosophe et civilisateur du XIXème siècle, occupe le centre de la place Abai. Dans le secteur nord de la place est situé l’hôtel "Kazakhstan", un bâtiment moderne de 25 niveaux.
Toujours dans le même secteur, le Théâtre d’opéra et de ballet A. Kounanbaev.

A l’autre pôle de l’architecture, l’hôtel "Alma-Ata" et l’Université d’allures modernes. On peut voir aussi dans ce parc l’ancienne cathédrale orthodoxe du début du XXème siècle, une construction de bois haute de 56 m, un des rares édifices en bois de cette dimension. Pas un clou n’a été utilisé dans sa construction.

A l’est du Parc Panfilov se dresse le bâtiment architectural unique - le musée des instruments de musique.

Entre la cathédrale et le musée vous remarquez le mémorial de la Victoire dédié aux 28 soldats, membres de la division Panfilov qui perpétue l’exploit de ces héros. Le 16 novembre 1941 ils ont à eux seuls contenu l’assaut des chars allemands qui se ruaient vers Moscou.

A trois rues à l’est du bazar s’étend le plus grand parc de la ville, et le plus luxuriant. Il a été aménagé en 1856 comme jardin municipal de Vierny. Après la splendide entrée sur oulitsa Gogolia s’offre le choix entre plusieurs promenades, en chameau ou en pédalo, pique-nique ou flânerie parmi 2000 espèces de plantes.

Si vous avez envie de respirer le grand air et peut-être patiner, rendez-vous à la patinoire Médéo, mondialement connue.

Almaty est le point de départ d’un vaste périple à travers le Kazakhstan qui conduit à Djamboul, Tchimkent, Kentaou, Karaganda, Témirtaou et Astana.





Asie-centrale.com © 21 janvier 2011
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés.

Répondre à cet article




Asie centrale Russie.net, le Web franco-russe France-Belarus.com France-Ukraine.com France-CEI.com - Consortium France - Pays de la CEI - Pays baltes


Envoyer un Email Envoyer un Email
Contacter Russie.net, le Web franco-russe