Asie-centrale.com

Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan

Accueil > Actualités > Société > Le patrimoine oral et immatériel de l’humanité s’enrichit de 28 nouveaux (...)

Le patrimoine oral et immatériel de l’humanité s’enrichit de 28 nouveaux chefs-d’oeuvre

Le 7 novembre 2003 - 28 février 2004

mercredi 10 mars 2004, par Adel

Les chefs-d’œuvre d’Asie Centrale retenus sont : Le Mugham d’Azerbaïdjan (Azerbaïdjan) ; L’art des Akyns, conteurs épiques kirghiz (Kirghizistan) ; La musique traditionnelle du Morin Khuur (Mongolie) ! Le jury a distingué en outre une candidature plurinationale : La musique Shashmoqom (Tadjikistan, Ouzbékistan). Par ailleurs, la Tumba Francesa de la Caridad de Oriente (Cuba) a reçu le Prix Samarkand Taronasi, créé par l’Ouzbékistan.

07-11-2003 3:30 pm

Le Mugham d’Azerbaïdjan ou l’art des Akyns, conteurs épiques kirghizsont quelques-unes des vingt-huit manifestations culturelles distinguées aujourd’hui par l’UNESCO en tant que chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité.
Le Directeur général, Koïchiro Matsuura, a procédé à cette proclamation lors d’une cérémonie au Siège de l’UNESCO en présence du Président du jury, l’écrivain espagnol Juan Goytisolo, et des membres du jury.

« Ces proclamations constituent une première réponse concrète de l’UNESCO face à l’urgence de sauvegarder le patrimoine immatériel », a dit Koïchiro Matsuura, qui a souligné que « l’objectif de ces proclamations n’est pas la simple reconnaissance de la valeur de certains éléments du patrimoine immatériel : elles impliquent un engagement de la part des Etats de mettre en œuvre un plan de promotion et de sauvegarde du chef-d’œuvre inscrit » :

  • Le carnaval de Binche (Belgique) ; La cosmovision andine des Kallawaya (Bolivie) ; Les expressions orales et graphiques des Wajapi (Brésil) ; Le ballet royal du Cambodge (Cambodge) ; L’art musical du Guqin (Chine) ; Le carnaval de Barranquilla (Colombie) ; La Tumba Francesa de la Caridad de Oriente (Cuba) ; L’épopée Al-Sirah al-Hilaliyya (Egypte) ; L’espace culturel de Kihnu (Estonie) ; La tradition de la récitation védique (Inde) ; Le théâtre de marionnettes Wayang (Indonésie) ; Le Maqam iraquien (Iraq) ; Les traditions des Marrons de Moore Town (Jamaïque) ; Le théâtre de marionnettes Ningyo Johruri Bunraku (Japon) ; L’art des Akyns, conteurs épiques kirghiz (Kirghizistan) ; Le savoir-faire du travail du bois des Zafimaniry (Madagascar) ; Les fêtes indigènes dédiées aux morts (Mexique) ; La musique traditionnelle du Morin Khuur (Mongolie) ; Les traditions orales des pygmées Aka de Centrafrique (République centrafricaine) ; Les chants épiques Pansori (République de Corée) ; Lakalaka, danses et discours chantés du Tonga (Tonga) ; L’art des Meddah, conteurs publics (Turquie) ; Les dessins de sable du Vanuatu (Vanuatu) ; Le Nha Nhac, musique de cour vietnamienne (Viet Nam) ; Les chants de Sanaa (Yémen).

Cette année, la proclamation a revêtu un caractère particulier du fait de l’adoption par la 32e session de la Conférence générale de l’UNESCO d’une Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Les chefs-d’œuvre proclamés seront intégrés dans la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité prévue par la Convention lorsque celle-ci sera entrée en vigueur, après sa ratification par trente Etats.

Le jury, composé de 18 membres, s’est réuni du 3 au 6 novembre pour examiner les 56 candidatures nationales et multinationales soumises par les Etats membres de l’UNESCO. Chaque dossier a été préalablement évalué par des ONG spécialisées telles que le Conseil international de la musique traditionnelle, le Conseil international des sciences sociales, le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines, l’Union internationale de la marionnette, l’Institut international du théâtre ou encore le Conseil international des musées.

Le programme des Chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique pour que soit reconnue la valeur de ce patrimoine et d’encourager les gouvernements à prendre des mesures juridiques et administratives pour sa sauvegarde.

Lors de la première proclamation, en 2001, 19 chefs-d’œuvre ont été distingués. La troisième Proclamation devrait avoir lieu en 2005.