Bienvenue dans les pays de l'Asie centrale

Partez à la découverte des pays de l'Asie centrale; le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et le Turkménistan
 

Kazakhstan

Kirghizstan
Ouzbekistan
Tadjikistan
Turkmenistan
Accueil
Annonces
Annuaire
Art et traditions
Boutiques
Club
Forum
Emploi
Espace Pro
Livres
Newsletter
Traduction
TV
Voyage
Contact
Produits en provenance d'Asie centrale




Russie.net, le Web franco-russe

France-Belarus.com

France-Ukraine.com

France-CEI.com - Consortium France - Pays de la CEI - Pays baltes


Ensemble Yasavi

Mardi 4 et mercredi 5 mars 2003 à 20h30
Maison des Cultures du Monde

Tournée :

  • 1er mars, Wereldculturencentrum Zuiderpershuis, Anvers

  • 2 mars, Intercultureel Centrum Rasa, Utrecht

  • 7 mars, Ateliers d'Ethnomusicologie, Genève

Ensemble Yasavi
Chants et hymnes soufis d'Ouzbékistan

L'Asie centrale fut un important foyer historique dans la vie spirituelle du monde musulman. Zoroastrisme, bouddhisme et chamanisme inspirèrent nombre de formes mystiques tandis que dans la ligne proprement soufie, la tariqa Naqshbandi se propageait de Boukhara jusqu'à l'Europe centrale, l'Inde et la Chine. Autre courant important, la Yasaviya eut un impact populaire d'autant plus grand qu'elle favorisait le chant, les litanies (zikr) et la danse ; elle fut ainsi à l'origine d'une tradition vocale de niveau professionnel qui s'est maintenue malgré 70 ans de politique délibérément hostile aux religieux et aux soufis.

Aujourd'hui, les chanteurs religieux et soufis peuvent poursuivre leurs activités sans contrainte. Dans les grandes villes du Ferghana, ils sont présents à tous les événements sociaux, les fêtes de toy données à l'occasion d'un mariage, d'une circoncision, d'un jubilée ou d'une fête religieuse. Leur présence et leurs chants confère à l'événement son caractère spirituel, sa sacralité. Héritiers de la tradition soufie la plus libérale, ils chantent en s'accompagnant sur les instruments de la musique classique ouzbèke : dutôr, tôr, tanbûr (luths à manche long), ney (flûte traversière), ghijak (viole), dôyra (tambour sur cadre).

L'ensemble Yasavi réunit plusieurs expressions spirituelles et soufies d'Ouzbékistan : la tradition de la ville de Turkestan, cœur historique de la Yasaviya, avec ses grandes épopées religieuses ; celle des divâna dont le comportement extraverti traduit un état d'intoxication mystique bien connu dans le soufisme indo-pakistanais, mais rare en Asie centrale ; l'art des poètes populaires du Pamir ; ou encore le style semi-classique métamorphosé en un art totalement spirituel.

Tous ces styles, authentiques autant par l'intention et l'impulsion qui les animent que par leur conformité aux canons de l'art sacré, recueillent l'adhésion de musiciens professionnels de haut niveau. C'est autant pour leur plaisir que pour participer à un acte pieux, qu'ils unissent la voix de leur flûte ou de leur viole à celle des chanteurs, en un accompagnement instrumental inspiré et libre qui semble rendre un culte à la Beauté autant qu'à la Divinité.

Jean During
avec le soutien de l'Aga Khan Trust for Culture / Aga Khan Music Initiative in Central Asia.


Maison des Cultures du Monde
4 et 5 mars à 20h30

La cérémonie du soufisme commence par l'invocation de Dieu, pour se mettre sous sa protection. Légèrement décalées les unes par rapport aux autres, les voix s'élèvent, brutes. Dès le premier instant, une étrange austérité surprend et saisit. Répétition des litanies, des formules, le rythme s'accélère pour atteindre le moment culminant. Culte du feu des Zoroastriens, chamanisme des hordes mongoles, mysticisme de l'Islam reprennent vie dans ces voix, dans cette cérémonie du soufisme populaire, qui peut durer une nuit entière, parfois même plusieurs jours, jusqu'à ce que le malade entre en transe et que l'esprit maléfique s'en aille. Il arrive que la force terrifiante des voix pousse parfois le malade à s'enfuir.

Rassembler quelques-unes des manifestations du génie des peuples dans un festival, c'est inviter le public à découvrir les sources de joie et d'émerveillement de ses voisins proches ou lointains, le convaincre d'avoir foi en son propre regard qui portera témoignage de l'autre. Le Festival de l'Imaginaire s'appuie autant sur les expressions de la mémoire que sur celles de la créativité actuelle, l'accent porté sur la découverte des formes invitant à une curiosité toujours régénérée. Maison des Cultures du Monde.

101 boulevard Raspail 75006 Paris
Métro : St-Placide (ligne 4) ou N.-D. des Champs (ligne 12)
Bus : lignes 58, 68, 82, 89.

  • Mardi 4 mars à 20h30
  • Mercredi 5 mars à 20h30

TARIFS :

  • Plein tarif : 20 euros
  • Tarif réduit (groupe de 10 personnes et abonnés) : 14 euros
  • Tarif chômeurs, moins de 26 ans : 10 euros.